« Écosystème », c’est le mot de 2018. « In the Loop» sera le mot de 2019, prédit Louis Vachon, président et chef de la direction Banque Nationale – un homme que nous devrions tous connaître d’après Michel Leblanc, président et chef de la direction 
Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

 

Lors du 2e forum des industries créatives, organisé par la CCMM, la fierté était le mot d’ordre. « On est tu fier de notre Montréal ». Le passage de Daniel Lamarre, président et CEO du Cirque du Soleil, a assurément retenu l’attention. Tous les conférenciers suivants l’ont mentionné pour faire référence aux bonnes pratiques en terme de diversité et d’inclusion ou encore de stratégie d’internationalisation ou bien même de renouvellement du modèle d’affaires. Nous sommes bien d’accord, le cirque a mis Montréal « in the loop ». Selon la définition de M. Vachon, c’est le cas de le dire : le génie créatif d’ici est bien à l’assaut du monde, et ce, notamment grâce à l’intelligence artificielle.

In the loop, c’est le fait d’être en interaction constante avec une intelligence artificielle;

On the loop, c’est d’être en supervision de l’intelligence artificielle;

Out if the loop, c’est un système intelligent autonome complètement (très rare et très réglementé).

-Louis Vachon, président et chef de la direction Banque nationale

 

Les 4 tendances qui influencent les industries créatives de demain

1. Les avancées technologies

Les nouvelles technologies sont un vecteur d’innovation et ont influencé les modes de consommation de l’information, du contenu créatif et de la culture. Le virage numérique est une réalité d’aujourd’hui, mais aussi un enjeu, car le client est maintenant là tout le temps. Il consomme selon différents formats comme l’explique Sophie Ferron de Media Ranch.

2.Changement dans les modes de consommation

Le client veut prendre part à l’expérience, poursuivre cette expérience, que ce soit avec un selfie par les millenials ou encore une continuité dans le temps comme les jeux vidéos qui ont maintenant un cycle de vie prolongé. Le jeu est maintenant « as a service ».

3. Nouvelles approches de commercialisation

Les clients vont « consommer des valeurs » explique Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal. L’approche service c’est une chose, mais la recherche constante d’expériences immersives poussent les entreprises à repenser leurs façons de faire.

4.La forte concurrence des géants 

Montréal est au 7e rang des industries créatives en Amérique du nord. L’ADN créatif a augmenté ailleurs, mais Montréal est resté au 7e rang. Le potentiel créatif de la métropole est là, mais les enjeux aussi. Les géants du web tels que Google et Facebook s’imposent dans la publicité numérique. Il faut être en mesure de créer des alternatives par exemple à Amazon et mettre en place des stratégies qui permettent de lutter contre les géants. C’est d’avoir une stratégie locale forte en utilisant ces plateformes qui auront un impact sur nous, explique Alexandre Taillefer, Manager partner chez XPND Capital.

IMG_9077

Montréal est un brand qui crée et les industries créatives, c’est nous.

Moment Factory, Cirque du Soleil, C2Montréal ; ce sont des icônes de la créativité de Montréal. « Les industries créatives, c’est vous » acclame Valérie Plante, mairesse de Montréal. C’est chaque entreprise, artiste et technocréateur qui contribue à l’essor créatif de la ville. C’est plus large qu’un écosystème, c’est une grappe, peut-être d’un millésime 2019 dirait Éric Fournier, associé et producteur exécutif de Moment Factory. Une chose certaine, il demeure « important qu’on se réunisse entre nous pour faire l’état des lieux. » résume Michel Leblanc à propos de l’objectif commun qui nous rassemble à ce forum.

Il faut capitaliser sur nos capacités créatives. Ne pas avoir peur de prendre des risques et de faire preuve d’audace. Il faut développer des compétences créatives, aussi nommées « the ability to embrace the unknown » nous partage Marie Amiot, présidente, directrice générale de Factry. Il faut nourrir la fibre créative de tous les secteurs et des PME de notre industrie. Nous devons miser sur le co-développement pour réinventer le contenu créatif. Voici quelques conseils notés suite aux panels :

  1. Le design paramétré, c’est ce qui nourrit le concepteur, grâce à sa sensibilité et son outil, la machine. 
  2. La créativité est une expérience complète. Elle doit être partout, il n’y a pas de silo de créatifs ou de silo d’idées.
  3. La transformation numérique a amené une approche data first, mobile first, ai first… puis maintenant agilité first afin de mieux affronter ce qui se passe aujourd’hui.
  4. La créativité doit être intégrée et immersive.
  5. Il est important de développer l’intelligence émotionnelle, ce qui est plus important que l’intelligence artificielle d’après Nathalie Bondil.
  6. Il faut utiliser des techniques de mapping créatif pour optimiser l’expérience. 
  7. Le contenu c’est ce qui nous guide, la technologie est un outil, elle ne remplace pas le contenu.

La créativité doit être au service du contenu. C’est une zone où se rejoignent la technologie et l’esprit artististique. Montréal devient ainsi un laboratoire des nouvelles technologies, pas seulement de l’IA. Les technocréatifs seront-ils les futurs data scientists de la créativité? Restons « in the loop ».

Les fun facts à retenir :

  • Il faut aller en Chine.
  • Il faut se situer d’après ce qu’a dit Daniel Lamarre.
  • Il faut connaître M. Vachon.
  • Il faut de l’audace (en abondance) parce que, qui dit créativité, dit aussi le pouvoir d’être créatif.
  • Il faut voir la créativité comme une matière première, intégrée dans tout ce qu’on fait et non pas comme un département de créatifs en silo.
  • Il faut exporter nos services et aller en Chine (si vous étiez présent au forum, vous avez sans doute aussi bien compris le message que moi!)

La créativité fait partie de l’élément fondamental de différenciation.  Nous devons utiliser les ressources pour permettre aux entreprises de rayonner. On ne devrait pas voir « Montréal au numéro 1 des villes créatives » comme un objectif à atteindre, mais plutôt se concentrer à maintenir un rôle de leadership créatif à l’international. Mais après tout, il faut garder en tête que la consommation de la culture se fait à 80% localement…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.